Maria Pouchet, Champion

L’avis d’Aurélie, La Carline

Un adolescent, le narrateur de ce roman, confie à sa psychiatre les raisons qui l’ont conduit au centre de repos depuis lequel il écrit. Un roman étonnant, drôle parfois, dont la construction habile ménage une montée en tension et un dénouement qui nous lassent sans voix.

La première phrase :

« Dans cette histoire, personne n’est là pour plaire, juste se faire comprendre. Il sera question d’effraction, paire de claques, mort naturelle, et si la démonstration l’exige, quelque chose pourrait brûler, on verra. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.