Coup de coeur de la librairie La Carline

Western féministe, drôle et subversif, ce roman, écrit dans une langue multiple, poétique, érotique, est aussi un manifeste contre « la logique ultra-masculine des propriétaires terriens » et irradie d’amour pour la vie sous toutes des formes entremêlées.

Photo de profil de librairielacarline

La première phrase
« C’était l’éclat. Le chiot sautillait, lumineux, parmi les pattes poussiéreuses et usées des rares habitants qui traînaient encore là-bas : la misère encourage la fissure, l’élagage ; elle égratigne lentement, à l’air libre, la peau de ceux qu’elle a fait naître ; elle en fait du cuir sec, la craquelle, impose une morphologie à ses créatures. Ce n’était pas encore le cas du chiot, il irradiait la joie d’être en vie, d’une lumière n’ayant pas encore souffert la triste opacité d’une pauvreté qui, j’en suis convaincue, était davantage un manque d’idées que de quoi que ce soit d’autre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.