Yasmine Khlat, lecture musicale à la Maison de la Poésie (Paris)

Lecture de la première partie du roman Egypte 51 ( Elyzad, 2019)

1951, au bord du Canal de Suez. Le roman s’ouvre sur une première lettre de Stéphane, médecin, adressée à la jeune Mia qu’il a rencontrée lors d’un déjeuner chez ses parents au Caire. Épris d’elle, il s’empresse de lui demander sa main. Au cours d’un long échange épistolaire, du Caire à Ismaïlia, ville au bord du canal de Suez où vit Stéphane, le médecin tente de convaincre Mia de devenir sa femme, ce à quoi elle résiste. Puis surviennent les événements de 1952, la nationalisation du canal, puis la guerre, qui vont bousculer les existences des deux êtres.

Roman épistolaire, histoire d’amour dans la grande Histoire, Yasmine Khlat et le comédien Carlos Chahine donnent voix aux deux personnages, Mia et Stéphane, accompagnés par la pianiste et compositrice Macha Gharibian.

Dans le cadre de la 7e édition du festival Raccords qui met à l’honneur 15 éditeurs indépendants.

À lire – chez Elyzad : Yasmine Khlat, Égypte 51, 2019 – Cet amour, 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.