Julia Glass, Une maison parmi les arbres

L’avis de Marie-Aube, La Carline

L’écriture de Julia Glass est envoûtante et lumineuse, elle installe une atmosphère prenante et nous entraîne peu à peu dans les méandres des histoires de chacun des personnages, de ses pensées, projets, rêves… au point qu’on a du mal à les quitter pour la journée : une seule envie, rentrer vite pour lire le soir !

Marie-Aube

La première phrase :

« L’acteur arrive aujourd’hui.
Réveillée trop tôt, trop nerveuse pour prendre le petit déjeuner (rien que le café la rend encore plus nerveuse), inquiète à propos de sa tenue (puis agacée d’y attacher autant d’importance), Tommy arpente la maison qui est à présent la sienne, scandaleusement et entièrement la sienne – pas juste sa chambre tout ce que la pièce contient mais la totalité de ce qu’elle voit depuis ses deux fenêtres : un parc de presque trois hectares avec des pelouses et des arbres fruitiers en plein renouveau, des murs en pierre et des tas de bois, une cabane de jardin et un garage et une piscine en état d’hivernage. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.