Deleyaman et Fanny Ardant

La Maison de la Poésie – Paris (29 janvier 2021)

Lecture de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman et
concert autour des œuvres de Théodore de Banville, Gérard de Nerval, Paul Eluard et Rabindranath Tagore.

« Deleyaman, groupe franco-américain dans la veine céleste de Dead Can Dance, aborde ces questions vibrantes, parle d’art, d’amour, de beauté et de contemplation comme des réponses à nos contraintes existentielles.
C’est une amicale collaboration artistique entre le groupe et Fanny Ardant qui a donné naissance à cette création. Au travers d’un texte lu, elle dialogue avec le groupe sur une musique créée par Deleyaman. Avec le son du doudouk, le groupe d’Aret Madilian interprétera les titres français de sa discographie. »



Lecture de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman et concert autour des œuvres de Théodore de Banville, Gérard de Nerval, Paul Eluard et Rabindranath Tagore.
« C’est l’angoisse de la séparation qui s’épand par tout le monde et donne naissance à des formes sans nombre dans le ciel infini. C’est ce chagrin de la séparation qui contemple en silence toute la nuit d’étoile en étoile et qui éveille une lyre parmi les chuchotantes feuilles dans la pluvieuse obscurité de juillet. C’est cette envahissante peine qui s’épaissit en amours et désirs, en souffrances et en joies dans les demeures humaines, et c’est toujours elle qui fond et ruisselle en chansons. » L’Offrande lyrique, Rabindranath Tagore, traduit par André Gide.
Ces émotions douces et amères qui nous secouent ne sont-elles pas universelles ? Ne sont-elles pas l’essence même de notre existence ?
Deleyaman, groupe franco-américain dans la veine céleste de Dead Can Dance, aborde ces questions vibrantes, parle d’art, d’amour, de beauté et de contemplation comme des réponses à nos contraintes existentielles.
C’est une amicale collaboration artistique entre le groupe et Fanny Ardant qui a donné naissance à cette création. Au travers d’un texte lu, elle dialogue avec le groupe sur une musique créée par Deleyaman. Avec le son du doudouk, le groupe d’Aret Madilian interprétera les titres français de sa discographie.

Fanny Ardant : voix
Béatrice Valantin : voix, clavier
Aret Madilian : piano, clavier, guitare, percussion
Guillaume Leprevost : basse, guitare
Artyom Minasyan : doudouk, plul, pku
Madalina Obreja : violon
Gérard Madilian : doudouk

Création en partenariat avec Le Trianon Transatlantique de Sotteville lès Rouen – Scène conventionnée d’intérêt national art et création chanson francophone. À écouter – Deleyaman, « Sentinel », 2020. Plus d’informations sur www.deleyaman.com À écouter : https://deleyaman.bandcamp.com/album/…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *