Les Indes galantes, La danse du Grand Calumet de la Paix

[LES INDES GALANTES] La danse du Grand Calumet de la Paix…
Un scène paroxystique du spectacle de l’Opéra National de Paris, à l’Opéra Bastille (septembre 2019)
Un chef d’œuvre de Rameau et un chef d’œuvre d’humanité d’aujourd’hui.




Les Indes galantes, Opéra-ballet en quatre entrées et un prologue (1735) Musique : Jean-Philippe Rameau Livret : Louis Fuzelier Direction musicale : Leonardo García Alarcón Mise en scène : Clément Cogitore
Chorégraphie : Bintou Dembele Cie Rualité Décors : Alban Ho Van Costumes : Wojciech Dziedzic Lumières : Sylvain Verdet
Dramaturgie musicale : Katherina Lindekens Dramaturgie : Simon Hatab Chef des Choeurs : Thibaut Lenaerts
Orchestre Cappella Mediterranea Chœur de chambre de Namur Maîtrise des Hauts-de-Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris Les danseurs de la Bintou Dembele Cie Rualité Distribution Sabine Devieilhe Florian Sempey Jodie Devos Edwin Crossley Mercer Julie Fuchs Mathias Vidal Alexandre Duhamel Stanislas de Barbeyrac

2 réflexions sur “Les Indes galantes, La danse du Grand Calumet de la Paix”

  1. Françoise ROUGIER

    C’est tout simplement passionnant.
    Ce parti-pris dit que les vraies Grandes Oeuvres sont immortelles et appartiennent autant au futur qu’au temps de leur création. Il dit aussi que pour faire Oeuvre il faut être « à la hauteur », cela s’appelle du Talent. Et là, on en a partout, depuis Lully jusqu’aux danseurs qu’il n’aurait jamais imagines, en passant par l’écriture chorégrapohique.
    Ce spectacle est l’un des actes artistiques qui met le hip-hop au rang de vraie danse. (Non le hip-hop n’est pas simplement un savoir-faire acrobatique qui se pratique sur des cartons dans la rue ! ) . Bravo à l’Opéra de Paris, on est en plein dans la mission de service public. Bref, c’est formidable !

  2. C’est tout simplement passionnant.
    Ce parti-pris dit que les vraies Grandes Oeuvres sont immortelles et appartiennent autant au futur qu’au temps de leur création. Il dit aussi que pour faire Oeuvre il faut être « à la hauteur », cela s’appelle du Talent. Et là, on en a partout, depuis Lully jusqu’aux danseurs qu’il n’aurait jamais imagines, en passant par l’écriture chorégrapohique.
    Ce spectacle est l’un des actes artistiques qui met le hip-hop au rang de vraie danse. (Non le hip-hop n’est pas simplement un savoir-faire acrobatique qui se pratique sur des cartons dans la rue ! ) . Bravo à l’Opéra de Paris, on est en plein dans la mission de service public. Bref, c’est formidable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.