Lucie Baratte, Le chien noir

La lecture d’Igolène
et une courte vidéo pour écouter/voir l’autrice

Dans la sélection du prix des médiathèques DLVA (04) Une terre, un ailleurs

Dès le titre « noir », et son sous-titre « conte gothique », on part pour le fantastique, l’horreur et le cauchemar. Si l’on a déjà un peu lu, on a vite fait de repérer les empreintes de « Barbe Bleue » et de «  La Belle et la Bête ». Dans le cas contraire, la première rencontre avec le Roi Barbiche est claire : tout ce qui fait du conte « l’autre du réel », comme le dit la postface livre, est bien là, cet univers fantasmagorique dans lequel le lecteur ne peut pas échapper à rencontrer toutes les peurs, tous les interdits, et tous ces « autres qui sommeillent en lui », comme le dit encore la postface, et, dans ces autres, la part d’animalité qui se tapit au fond de tout être humain.
On est immergé dans l’Imaginaire, tenu par la main par la construction et l’écriture, aussi rigoureuses que poétiques et totalement envoûtantes, avec ce refrain-leitmotiv  « il était une fois… » en introduction de chaque séquence. Comme une chanson douce ! Comme pour rappeler au lecteur qu’il est dans un conte et non dans un roman inventé à partir d’une situation réelle.
J’ai été une lectrice embarquée, tout autant que malmenée par les visions horribles. J’ai lu avec ma tête et pas avec mon cœur : mon intellect a été immédiatement happé, pendant que ma sensibilité restait le plus loin possible de la cruauté ambiante et de l’amour avec un chien. J’en ressors admirative pour la belle œuvre que constitue ce vrai conte gothique. Sans oublier de dire combien l’objet-livre avec son papier, ses polices d’écriture, ses teintes (ni tout à fait blanc pour le papier, ni tout à fait noir pour l’encre) servent ce qui est écrit.


Les éditions du Typhon


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.